Bienvenue dans le monde merveilleux de Lush !

Au commencement...

Lush a été fondé en 1995 par six co-fondateur·rice·s : Mo Constantine, Mark Constantine, Rowena Bird, Helen Ambrosen, Liz Bennett et Paul Greeves.

Lush succède à l’entreprise de vente par correspondance Cosmetics To Go, malheureusement disparue après un franc succès ; elle a d’ailleurs été créée et inspirée par la même équipe.

10% des actions de Lush sont détenues par l’ensemble de ses salarié·e·s, car nous savons que nos équipes sont le cœur et l’âme de notre entreprise.

1/6
Les fondateur·rice·s

Mark Constantine

Co-fondateur et inventeur de produits

Mark Constantine a co-fondé Lush avec cinq ami·e·s et confident·e·s créatif·ve·s en 1995, après la disparition d’une précédente entreprise de vente par correspondance, Cosmetics To Go. Mark fait partie des forces motrices clés de l’entreprise depuis 25 ans, et fait aussi partie de l’équipe de développement des produits, où il met au point des produits pour les cheveux, le visage et le corps ainsi que des soins Lush Spa.

Mark met constamment l’entreprise au défi de créer des cosmétiques frais, innovants et révolutionnaires ; une bonne partie de ses convictions personnelles a inspiré Lush et constitue aujourd’hui la colonne vertébrale de l’entreprise. Notre politique pionnière “contre les tests sur les animaux” n’est qu’un exemple parmi d’autres qui montre à quel point les convictions de Mark ont contribué à transformer l’industrie des cosmétiques ; il a notamment instauré une politique de boycott de fournisseur·euse·s pratiquant des tests sur les animaux, qui stipule que Lush n’achète aucun ingrédient de compagnies qui pratiquent des tests sur les animaux pour quelque matière première que ce soit, et dans quelque but que ce soit. Cette politique, unique dans son domaine, est différente de la politique de date terme fixée des normes Humane Cosmetics Standard.

Le combat contre le suremballage dans l’industrie cosmétique est un autre principe clé de Mark. Dans le documentaire “The Insider: Packaging is Rubbish” diffusé sur la chaîne britannique Channel 4, Mark a attiré l’attention sur la quantité de déchets générée par une personne au Royaume-Uni tout au long de sa vie, et l’endroit où finissent ces déchets : à la décharge. C’est pour cette raison que la majorité des produits Lush sont solides et conçus pour être vendables sans emballage.

En 2010, Mark et son épouse Mo Constantine ont été adoubé·e·s par la reine d’Angleterre pour leurs services rendus à l’industrie de la beauté. Depuis 2010, Mark a été listé cinq fois parmi les 1000 personnes les plus influentes de Londres dans les catégories Environnement et Entrepreneuriat par le journal britannique The Evening Standard. En 2015, il a été cité par le magazine BBC Wildlife comme l’une des 50 personnes les plus influentes en ce qui concerne la faune et la flore sauvages au Royaume-Uni.

L’amour et l’enthousiasme continus de Mark pour son travail et pour l’industrie des cosmétiques sont au cœur de sa détermination à faire de Lush l’entreprise que nous voulons en faire.

2/6
Les fondateur·rice·s

Mo Constantine

Co-fondatrice et inventrice de produits

Mo Constantine: Co-fondatrice, Inventrice de produits, Directrice manufacture, Inventrice de la Bombe de bain et du Shampoing solide

 

Mo a commencé sa vie professionnelle comme secrétaire juridique. Sa carrière a connu un tournant décisif (pour le plus grand bonheur de nos salles de bain) quand elle a décidé de se consacrer à son intérêt pour les cosmétiques innovants et riches en ingrédients naturels. À la fin des années 80, Mo inventait des produits et nouveaux concepts uniques pour l’entreprise Cosmetics To Go. Formée par Stan Kryztal, célèbre scientifique spécialiste en cosmétique, Mo a commencé à se spécialiser dans l’invention de produits solides, sans emballage ni conservateurs synthétiques. En 1999, elle a déposé son premier brevet pour l’invention du Shampoing solide. Depuis Cosmetics To Go, Mo a été à l’origine de certains de nos produits les plus créatifs et les plus mémorables, le plus célèbre étant la toute première Bombe de bain au monde. Avec l’aide de Stan, Mo a aussi inventé notre première base de savon en melt-and-pour, puis est allée encore plus loin dans les années qui ont suivi en créant une base de savon sans huile de palme.

Aujourd’hui, Mo travaille le plus souvent dans le laboratoire à l’étage du 29 High Street à Poole, ou (pendant les confinements) dans la cabane de son jardin, où elle remplit des cuves entières de ses nouvelles idées de savons ou de produits pour le bain, en compagnie de ses enfants Claire et Jack. Le reste du temps, Mo visite les sept unités de production internationales qui fabriquent, sous sa surveillance, des produits faits à la main, d’une fraîcheur et d’une qualité optimales.

3/6
Les fondateur·rice·s

Rowena Bird

Co-fondatrice et inventrice de produits

Photo par Zelda de Hollander

Rowena Bird, co-fondatrice de Lush, nourrit de nombreuses passions. “Je travaille dans l’équipe Achats éthiques, une nouvelle équipe Service client et l’équipe Mystery shopper, je participe aux réunions du Conseil d’administration, à la création de nos vitrines, à certaines réunions sur des thématiques éthiques ou écologiques, aux réunions Black Lives Matter, à l’invention de nouveaux produits et aux projets de l’équipe Makeup ; je suis passionnée par le succès de nos partenaires, et j’ai une opinion sur à peu près tout ce qui concerne Lush, tout simplement parce que je suis passionnée par notre entreprise.”

Rien d’étonnant : Rowena fait partie de l’équipe Lush depuis le tout début, et même avant cela ! “J’ai commencé à travailler avec Mark, Mo et Liz le 7 septembre 1981, rapidement suivie par Helen, Karl et Paul ; cela fait maintenant 39 ans que nous travaillons ensemble !”

Rowena a commencé sa carrière en tant que thérapeute beauté ; elle a déménagé de Northamptonshire pour s’installer à Poole car elle a toujours voulu vivre près de la mer. Au cours de ces premières années qui ont précédé l’entreprise Lush d’aujourd’hui, Rowena a soutenu l’entreprise par tous les moyens possibles : en mélangeant du henné, en préparant des factures, en lavant les cheveux dans le salon de trichologie de Mark, etc… “Mon adaptabilité était l’un de mes talents clés ; en 39 ans de travail avec l’équipe Lush, j’ai circulé librement à travers l’entreprise à la recherche d’opportunités. J’ai créé des catalogues, inventé des emballages, rédigé des descriptions de produits… Bref, j’ai aidé là où il y en avait besoin !”

Cette attitude de travail a permis à Rowena de saisir de nombreuses opportunités… bien trop pour toutes les lister, mais en voici quelques exemples : le lancement de la marque B Never Too Busy To Be Beautiful, l’ouverture de boutiques clés pour Lush, la visite de presque tous nos pays partenaires, et la mise en place de lignes directrices pour l’entreprise, aux côtés des autres membres du Conseil d’administration.

“Il ne faut pas se laisser limiter par un titre ; mieux vaut faire partir de tout ce dont on peut faire partie, faire preuve d’adaptabilité, dire OUI au maximum, et voir ce qui se passe”, conseille-t-elle. “Travaillez dur, amusez-vous et faites preuve de bienveillance.”

4/6
Les fondateur·rice·s

Helen Ambrosen

Co-fondatrice et inventrice de produits

En tant qu’Inventrice de produits Lush, Helen Ambrosen aime exploiter le lien entre les produits alimentaires et les produits cosmétiques ; sa connaissance spécialisée des matières premières naturelles s’est d’ailleurs avérée très précieuse. Helen est à l’origine de nombre gamme innovante de produits ultra-frais, fabriqués et livrés en quelques jours à partir d’ingrédients frais, de fruits et de légumes bio, et vendus en boutique, où ils sont conservés dans un bac de glace pour préserver leur fraîcheur. Helen est aussi à l’origine des Huiles de bain solides, une catégorie de produits innovante brevetée chez Lush.

5/6
Les fondateur·rice·s

Paul Greeves

Co-fondateur

Paul Greeves est notre “homme mystère” international. Bien qu’il soit co-fondateur de Lush, nous savons peu de choses sur lui, mais nous savons de source sûre qu’il a travaillé dans de nombreux services chez Lush, montrant son talent un peu partout au fil des années.

Selon la légende, Paul aurait rejoint lush en tant que biochimiste pour diriger les laboratoires de Lush ; depuis, il a aussi travaillé comme responsable de la vente par correspondance, de la sécurité des données, et même du Lush Times.

6/6
Les fondateur·rice·s

Liz Bennett

Co-fondatrice

Hommage à Liz Bennett

“Liz Bennett et moi avons travaillé ensemble pendant presque toute sa vie professionnelle. Elle croyait en l’importance de l’apprentissage et du savoir-faire, moi en celle du talent naturel. Par conséquent, j’ai beaucoup appris d’elle, et elle a dû me supporter. Nous partagions la même passion pour les produits cosmétiques et capillaires, mais ne trouvions pas assez de produits pour répondre aux besoins de la clientèle du salon de coiffure et institut de beauté que nous avions ouvert ensemble à nos débuts. Nous avons donc décidé de créer nos propres produits. C’est ainsi, dans ce salon, que nous avons mis au point nos premiers produits cosmétiques. Notre passion nous suivait partout : nous ne pouvions nous empêcher d’observer ensemble chaque particularité de la peau et des cheveux des personnes que nous croisions.

Avant de mettre notre expertise au service de The Body Shop, nous la partagions sous forme de conférences. Nous travaillions merveilleusement bien ensemble : elle me donnait des conseils qui m’aidaient à avancer, et inversement.

Depuis ces débuts, nous avons maintes fois surpassé nos rêves, mais jamais ses exigences. Elle faisait figure d’exemple pour toute personne souhaitant monter une entreprise avec une direction et un personnel principalement féminins. Aujourd’hui encore, même si elle n’est plus là pour me rappeler à l’ordre, je retrouve son influence partout autour de moi.

Liz était gentille, modeste, raisonnable et attentionnée. Elle n’avait jamais peur de dire ce qu’elle pensait : il m’arrivait de penser quelque chose et de l’entendre le dire tout haut. Sa retraite a été un déchirement pour moi, et elle me manque terriblement maintenant qu’elle n’est plus de ce monde. Quand je pense qu’elle se faisait un sang d’encre pour sa pension de retraite à vingt ans, sans se douter que son talent lui rapporterait un succès considérable, qui lui permettrait de vivre bien plus confortablement qu’elle aurait pu l’imaginer ! J’ai du mal à croire que cette année, pour notre traditionnel réveillon de Noël au labo de Lush, elle ne sera pas avec nous. Nous trinquerons ensemble à sa santé.” ~ Mark Constantine

1/6
Les fondateur·rice·s

Mark Constantine

Co-fondateur et inventeur de produits

Mark Constantine a co-fondé Lush avec cinq ami·e·s et confident·e·s créatif·ve·s en 1995, après la disparition d’une précédente entreprise de vente par correspondance, Cosmetics To Go. Mark fait partie des forces motrices clés de l’entreprise depuis 25 ans, et fait aussi partie de l’équipe de développement des produits, où il met au point des produits pour les cheveux, le visage et le corps ainsi que des soins Lush Spa.

Mark met constamment l’entreprise au défi de créer des cosmétiques frais, innovants et révolutionnaires ; une bonne partie de ses convictions personnelles a inspiré Lush et constitue aujourd’hui la colonne vertébrale de l’entreprise. Notre politique pionnière “contre les tests sur les animaux” n’est qu’un exemple parmi d’autres qui montre à quel point les convictions de Mark ont contribué à transformer l’industrie des cosmétiques ; il a notamment instauré une politique de boycott de fournisseur·euse·s pratiquant des tests sur les animaux, qui stipule que Lush n’achète aucun ingrédient de compagnies qui pratiquent des tests sur les animaux pour quelque matière première que ce soit, et dans quelque but que ce soit. Cette politique, unique dans son domaine, est différente de la politique de date terme fixée des normes Humane Cosmetics Standard.

Le combat contre le suremballage dans l’industrie cosmétique est un autre principe clé de Mark. Dans le documentaire “The Insider: Packaging is Rubbish” diffusé sur la chaîne britannique Channel 4, Mark a attiré l’attention sur la quantité de déchets générée par une personne au Royaume-Uni tout au long de sa vie, et l’endroit où finissent ces déchets : à la décharge. C’est pour cette raison que la majorité des produits Lush sont solides et conçus pour être vendables sans emballage.

En 2010, Mark et son épouse Mo Constantine ont été adoubé·e·s par la reine d’Angleterre pour leurs services rendus à l’industrie de la beauté. Depuis 2010, Mark a été listé cinq fois parmi les 1000 personnes les plus influentes de Londres dans les catégories Environnement et Entrepreneuriat par le journal britannique The Evening Standard. En 2015, il a été cité par le magazine BBC Wildlife comme l’une des 50 personnes les plus influentes en ce qui concerne la faune et la flore sauvages au Royaume-Uni.

L’amour et l’enthousiasme continus de Mark pour son travail et pour l’industrie des cosmétiques sont au cœur de sa détermination à faire de Lush l’entreprise que nous voulons en faire.

2/6
Les fondateur·rice·s

Mo Constantine

Co-fondatrice et inventrice de produits

Mo Constantine: Co-fondatrice, Inventrice de produits, Directrice manufacture, Inventrice de la Bombe de bain et du Shampoing solide

 

Mo a commencé sa vie professionnelle comme secrétaire juridique. Sa carrière a connu un tournant décisif (pour le plus grand bonheur de nos salles de bain) quand elle a décidé de se consacrer à son intérêt pour les cosmétiques innovants et riches en ingrédients naturels. À la fin des années 80, Mo inventait des produits et nouveaux concepts uniques pour l’entreprise Cosmetics To Go. Formée par Stan Kryztal, célèbre scientifique spécialiste en cosmétique, Mo a commencé à se spécialiser dans l’invention de produits solides, sans emballage ni conservateurs synthétiques. En 1999, elle a déposé son premier brevet pour l’invention du Shampoing solide. Depuis Cosmetics To Go, Mo a été à l’origine de certains de nos produits les plus créatifs et les plus mémorables, le plus célèbre étant la toute première Bombe de bain au monde. Avec l’aide de Stan, Mo a aussi inventé notre première base de savon en melt-and-pour, puis est allée encore plus loin dans les années qui ont suivi en créant une base de savon sans huile de palme.

Aujourd’hui, Mo travaille le plus souvent dans le laboratoire à l’étage du 29 High Street à Poole, ou (pendant les confinements) dans la cabane de son jardin, où elle remplit des cuves entières de ses nouvelles idées de savons ou de produits pour le bain, en compagnie de ses enfants Claire et Jack. Le reste du temps, Mo visite les sept unités de production internationales qui fabriquent, sous sa surveillance, des produits faits à la main, d’une fraîcheur et d’une qualité optimales.

3/6
Les fondateur·rice·s

Rowena Bird

Co-fondatrice et inventrice de produits

Photo par Zelda de Hollander

Rowena Bird, co-fondatrice de Lush, nourrit de nombreuses passions. “Je travaille dans l’équipe Achats éthiques, une nouvelle équipe Service client et l’équipe Mystery shopper, je participe aux réunions du Conseil d’administration, à la création de nos vitrines, à certaines réunions sur des thématiques éthiques ou écologiques, aux réunions Black Lives Matter, à l’invention de nouveaux produits et aux projets de l’équipe Makeup ; je suis passionnée par le succès de nos partenaires, et j’ai une opinion sur à peu près tout ce qui concerne Lush, tout simplement parce que je suis passionnée par notre entreprise.”

Rien d’étonnant : Rowena fait partie de l’équipe Lush depuis le tout début, et même avant cela ! “J’ai commencé à travailler avec Mark, Mo et Liz le 7 septembre 1981, rapidement suivie par Helen, Karl et Paul ; cela fait maintenant 39 ans que nous travaillons ensemble !”

Rowena a commencé sa carrière en tant que thérapeute beauté ; elle a déménagé de Northamptonshire pour s’installer à Poole car elle a toujours voulu vivre près de la mer. Au cours de ces premières années qui ont précédé l’entreprise Lush d’aujourd’hui, Rowena a soutenu l’entreprise par tous les moyens possibles : en mélangeant du henné, en préparant des factures, en lavant les cheveux dans le salon de trichologie de Mark, etc… “Mon adaptabilité était l’un de mes talents clés ; en 39 ans de travail avec l’équipe Lush, j’ai circulé librement à travers l’entreprise à la recherche d’opportunités. J’ai créé des catalogues, inventé des emballages, rédigé des descriptions de produits… Bref, j’ai aidé là où il y en avait besoin !”

Cette attitude de travail a permis à Rowena de saisir de nombreuses opportunités… bien trop pour toutes les lister, mais en voici quelques exemples : le lancement de la marque B Never Too Busy To Be Beautiful, l’ouverture de boutiques clés pour Lush, la visite de presque tous nos pays partenaires, et la mise en place de lignes directrices pour l’entreprise, aux côtés des autres membres du Conseil d’administration.

“Il ne faut pas se laisser limiter par un titre ; mieux vaut faire partir de tout ce dont on peut faire partie, faire preuve d’adaptabilité, dire OUI au maximum, et voir ce qui se passe”, conseille-t-elle. “Travaillez dur, amusez-vous et faites preuve de bienveillance.”

4/6
Les fondateur·rice·s

Helen Ambrosen

Co-fondatrice et inventrice de produits

En tant qu’Inventrice de produits Lush, Helen Ambrosen aime exploiter le lien entre les produits alimentaires et les produits cosmétiques ; sa connaissance spécialisée des matières premières naturelles s’est d’ailleurs avérée très précieuse. Helen est à l’origine de nombre gamme innovante de produits ultra-frais, fabriqués et livrés en quelques jours à partir d’ingrédients frais, de fruits et de légumes bio, et vendus en boutique, où ils sont conservés dans un bac de glace pour préserver leur fraîcheur. Helen est aussi à l’origine des Huiles de bain solides, une catégorie de produits innovante brevetée chez Lush.

5/6
Les fondateur·rice·s

Paul Greeves

Co-fondateur

Paul Greeves est notre “homme mystère” international. Bien qu’il soit co-fondateur de Lush, nous savons peu de choses sur lui, mais nous savons de source sûre qu’il a travaillé dans de nombreux services chez Lush, montrant son talent un peu partout au fil des années.

Selon la légende, Paul aurait rejoint lush en tant que biochimiste pour diriger les laboratoires de Lush ; depuis, il a aussi travaillé comme responsable de la vente par correspondance, de la sécurité des données, et même du Lush Times.

6/6
Les fondateur·rice·s

Liz Bennett

Co-fondatrice

Hommage à Liz Bennett

“Liz Bennett et moi avons travaillé ensemble pendant presque toute sa vie professionnelle. Elle croyait en l’importance de l’apprentissage et du savoir-faire, moi en celle du talent naturel. Par conséquent, j’ai beaucoup appris d’elle, et elle a dû me supporter. Nous partagions la même passion pour les produits cosmétiques et capillaires, mais ne trouvions pas assez de produits pour répondre aux besoins de la clientèle du salon de coiffure et institut de beauté que nous avions ouvert ensemble à nos débuts. Nous avons donc décidé de créer nos propres produits. C’est ainsi, dans ce salon, que nous avons mis au point nos premiers produits cosmétiques. Notre passion nous suivait partout : nous ne pouvions nous empêcher d’observer ensemble chaque particularité de la peau et des cheveux des personnes que nous croisions.

Avant de mettre notre expertise au service de The Body Shop, nous la partagions sous forme de conférences. Nous travaillions merveilleusement bien ensemble : elle me donnait des conseils qui m’aidaient à avancer, et inversement.

Depuis ces débuts, nous avons maintes fois surpassé nos rêves, mais jamais ses exigences. Elle faisait figure d’exemple pour toute personne souhaitant monter une entreprise avec une direction et un personnel principalement féminins. Aujourd’hui encore, même si elle n’est plus là pour me rappeler à l’ordre, je retrouve son influence partout autour de moi.

Liz était gentille, modeste, raisonnable et attentionnée. Elle n’avait jamais peur de dire ce qu’elle pensait : il m’arrivait de penser quelque chose et de l’entendre le dire tout haut. Sa retraite a été un déchirement pour moi, et elle me manque terriblement maintenant qu’elle n’est plus de ce monde. Quand je pense qu’elle se faisait un sang d’encre pour sa pension de retraite à vingt ans, sans se douter que son talent lui rapporterait un succès considérable, qui lui permettrait de vivre bien plus confortablement qu’elle aurait pu l’imaginer ! J’ai du mal à croire que cette année, pour notre traditionnel réveillon de Noël au labo de Lush, elle ne sera pas avec nous. Nous trinquerons ensemble à sa santé.” ~ Mark Constantine

Par Mark Constantine

Toute entreprise a besoin d’une vision, et même si nous ne la comprenions pas encore, nous-mêmes, co-fondateur·rice·s de Lush, avions notre propre vision. Nous voulions créer des produits efficaces, naturels (même si nous ne savions pas exactement ce que cela signifiait) et frais (pour nous démarquer de notre concurrence qui venait des produits stérilisés, bourrés de substances chimiques synthétiques et avec une durée de vie de plusieurs années), et nous ne voulions pas dépenser plus d’argent pour nos emballages que pour nos produits. Avant toute chose, nous voulions créer des produits de qualité, pleins de bienfaits pour le corps et les cheveux qui justifieraient leur prix.

En prenant du recul, nous réalisons que cette vision n’était qu’une réaction d’insatisfaction face aux produits proposés par la concurrence : un désir d’avoir des produits de meilleure qualité, plus en accord avec la nature.

Quand nous faisons face aux défis de la vie, nous réalisons souvent que malgré nos envies nombreuses, nos besoins sont en fait très simples. Nous nous sommes dit que même si nos produits ne représentaient pas exactement tout ce dont les client·e·s avaient envie (anti-âge, silicone, etc…), ils correspondaient à ce dont ils·elles avaient besoin.

Où en sommes-nous aujourd’hui ? Faisons le point.

Nous rêvions de proposer des produits intégralement naturels ; avons-nous atteint cet objectif ? Non, mais nous n’en sommes pas loin. Sur l’année financière 2017-2018, les ingrédients naturels représentaient 65% de nos dépenses en matière première, contre 35% pour les ingrédients synthétiques sûrs. Quand mon associée Liz Weir et moi vendions nos premiers produits cosmétiques en 1977, on nous disait qu’ils étaient “trop naturels”, et pourtant ils étaient encore bien loin de ce qu’ils sont aujourd’hui…

0

ans de Lush

Notre évolution

Combien de personnes ont des produits cosmétiques qu’elles n’utilisent pas dans leur salle de bain, parce qu’une fois à la maison elles ont réalisé que le produit ne correspondait pas à leurs attentes, ou ne convenait pas à leur peau ou leurs cheveux ? Elles se retrouvent avec des placards, rebords de fenêtre et autres étagères remplies de produits dont elles ne veulent plus, et qui finiront jetés à la décharge. Chez Lush, notre but est de fabriquer des produits pour tous les besoins, afin que chaque personne puisse acheter exactement ce qu’il lui faut et ainsi réduire les déchets générés.

Offrir un service personnalisé est la pratique la plus responsable pour l’environnement. Si nous pouvons vous procurer les produits qui correspondent exactement à vos besoins, vous en avez pour votre argent, nous gagnons un·e client·e régulier·ère et la consommation de produits non désirés diminue ; pour résumer, vous ne gaspillez ni votre argent, ni les produits, ni les emballages. Mais nous savons aussi ce que nos client·e·s aiment : les produits spectaculaires et révolutionnaires, et c’est exactement ce que nous leur donnons !

Nos matières premières sont les meilleures disponibles. Pour ne citer qu’un exemple, le sel marin que nous utilisons dans nos produits regorge de bienfaits naturels, et sa récolte aide à préserver des sites qui servent d’habitat temporaire aux oiseaux migrateurs. L’un de nos fournisseurs, Antonio, en plus de récolter le sel, aide à protéger et préserver les marais salants de la partie ouest de l’Algarve, au Portugal. Des espèces d’oiseaux variées, notamment les flamants roses, les spatules, les échasses blanches et de nombreuses espèces de canards utilisent les marais salants comme habitat pendant l’hiver ; les courlis s’y installent temporairement pour se reposer pendant leur voyage migratoire.

Préserver cette belle zone côtière essentielle est crucial pour que la faune sauvage continue de s’y développer, et pour les futures générations de personnes spécialisées dans la récolte traditionnelle du sel. En achetant du sel récolté dans cette région, nous aidons donc les oiseaux et la communauté locale. Rien qu’au Royaume-Uni, 67% des matières premières de notre chaîne d’approvisionnement proviennent de relations directes avec des producteur·rice·s et des cultivateur·rice·s comme Antonio. Si ça, ce n’est pas spectaculaire et révolutionnaire…!

0%

d'ingrédients de sources directes

Fabriquer des produits Lush, ce n’est pas sorcier ; les êtres humains prennent soin de leur hygiène et de leur apparence depuis des siècles, mais ces dernières années, de nombreuses formules sont devenues exagérément synthétiques, compliquées, bourrées d’émulsifiants et surtout de conservateurs synthétiques. Tout au long de notre existence, nous avons travaillé dur pour faire en sorte que nos produits ne contiennent aucun conservateur synthétique, ou aussi peu que possible, sans compromettre leurs effets. Nous avons travaillé dur sur ce sujet pendant des années, pour développer au maximum notre expertise. Lorsqu’il nous est impossible de créer une formule efficace sans conservateurs synthétiques, nous recherchons les solutions alternatives les plus sûres et celles qui ont fait l’objet d’un maximum de recherches scientifiques, afin d’être aussi renseigné·e·s que possible sur ce que nous utilisons dans nos produits. Nous utilisons des parabènes, à très petite dose, parce que les autres conservateurs synthétiques n’ont pas fait l’objet d’autant de recherches.

Les conservateurs synthétiques existent pour empêcher la croissance des bactéries et des moisissures. Mais nous avons appris que, dans l’idéal, il est possible de créer des produits qui ne contiennent pas de conservateurs synthétiques du tout. C’est un objectif global vers lequel nous tendons constamment.

De 2015 à 2017, nos achats de parabènes ont diminué de 11,7 tonnes à 7,7 tonnes par an, et pourtant nos ventes de produits ont augmenté sur cette même période. Comment se fait-il que la quantité de parabènes que nous utilisons diminue alors que nos ventes augmentent ? C’est grâce à vous, parce que vous achetez des produits solides et nus, ou auto-conservés.

Aucun des ingrédients que nous utilisons n’est testé sur les animaux. Depuis nos débuts, nous avons constamment prouvé qu’une marque n’a pas besoin de pratiquer des tests sur les animaux. Le Lush Prize, lancé en 2011, a déjà permis de verser environ 2,16 millions d’euros à 93 projets lauréats proposant des alternatives aux tests sur les animaux. Jusqu’à présent, c’est aux États-Unis qui se trouvent la majorité des lauréats du Lush Prize.

Si Lush en est capable, pourquoi pas les autres entreprises ? L’idée d’interdire les tests sur les animaux a fait beaucoup de chemin ; il y a des années, j’y pensais seul dans ma chambre, et aujourd’hui, une législation contre les tests sur les animaux existe dans 40 pays. Depuis des années, nous nous battons contre les tests sur les animaux ; nos actions de protestation incluent la décharge de deux tonnes de fumier devant le Parlement européen, et la mise en place d’une vitrine, dans notre boutique de Regent Street à Londres, présentant en live des tests réalisés sur des êtres humains volontaires (vue par trois millions de personnes, mais qui nous a coûté la boutique, car les propriétaires du local n’ont pas apprécié cette initative !). Notre combat continue encore aujourd’hui.

Autre pan de nos principes éthiques : les financements caritatifs et autres activités bénéfiques pour les communautés locales. Vous avez très vite adopté nos Knot wraps, et nous vous en remercions : depuis leur création en 2009 (nous les appelions “furoshiki” à l’époque, en hommage à la technique japonaise qui les a inspirés), nous avons vendu (et donc surcyclé) 47 tonnes de ces superbes tissus. Et c’est sans compter les 124 femmes qui ont trouvé du travail grâce à l’initiative re-wrap, qui nous fournit nos sacs en tissu !

Ces cinq dernières années, nous avons récolté et reversé 58 millions d’euros ; rien que sur l’année financière 2019-2020, nous avons financé 3 500 groupes.

Alors, quelles sont les prochaines étapes ?

Poursuivre ses aspirations, c’est un vrai défi. Nous travaillons avec acharnement sur nos différents combats depuis si longtemps qu’il peut nous être difficile de prévoir ce que nous allons faire ensuite. Je me pose cette question régulièrement depuis qu’un·e journaliste m’a demandé combien de créativité il nous restait encore après 25 ans d’existence. La réponse est simple : chez Lush, la créativité est partout, à tel point que parfois, nous avons du mal à la contenir, et c’est merveilleux.

 

Pendant des années, j’ai travaillé sur la rédaction d’un plan d’action pour Lush. Je crois que la dernière fois que nous avions un plan cohésif, c’était en 2013. C’était un bon plan, qui a duré longtemps ; nous avons essayé de le mettre à jour chaque année, mais ne l’avons jamais vraiment fait. En 2018, j’ai voulu rédiger un nouveau plan. Je le partage aujourd’hui ici avec tout le monde.

Le Secret Lush Cosmetics Master Plan

  1. Fabriquer des produits adaptés à tous les besoins. Pas les désirs flous, mais les besoins concrets.
  2. Être numéro 1 toutes catégories. Ne pas accepter le statu quo : inventer des produits qui  correspondent à l’ensemble de notre vision.
  3. Créer une révolution cosmétique pour sauver la planète. Le temps presse : une révolution s’impose.

Dans le dernier top 100 de WWD Beauty, L’Oréal est numéro 1 et Lush est numéro 33. Pourtant, depuis 25 ans, nous fabriquons des produits de qualité, riches en ingrédients bénéfiques, nous faisons preuve de transparence avec notre clientèle et nous lui vendons du concret, pas du rêve. Je me demande donc pourquoi notre entreprise n’est pas numéro 1 des entreprises cosmétiques. Nous nous devons de le devenir, pour le bien de l’environnement.

Un grand nombre d’entre nous sommes déjà au sommet de notre carrière, et nous voyons le résultat de ce que nous avons voulu accomplir pendant toutes ces années de travail. Nous voulions des produits sans conservateurs, sans emballage, et petit à petit, nous avons atteint ces objectifs.

Plus que notre concurrence qui repose encore principalement sur les substances chimiques, les produits à durée de vie extra-longue et le suremballage, nous devrions faire figure d’exemple dans l’industrie des cosmétiques, car nous faisons continuellement de notre mieux pour faire ce qui est juste. Fièrement, parfois témérairement, toujours courageusement.

Plus d'informations  →

Ce en quoi nous croyons

0:00